Jill Galliéni

Jill Galliéni

(1948 – )

Jill Galliéni Prière à Sainte-Marie sans date Encre sur papier 24 x 16 cm ©Crédit photographique Collection Sainte-Anne inv. n°1370

Jill Galliéni
Prière à Sainte-Marie
sans date
Encre sur papier
24 x 16 cm
©Crédit photographique
Collection Sainte-Anne
inv. n°1370

 

Jill Galliéni est née aux Etats-Unis. Elle commence très tôt à fabriquer des poupées et, vers l’âge de trente ans, elle entame une longue série d’œuvres graphiques ; les prières à Sainte-Rita, patronne des causes désespérées.

Les prières de Jill Galliéni dédiées à Sainte-Rita ont été présentées par le Centre d’Etude de l’Expression, lors de l’exposition Qui est aveugle ? qui a eu lieu en 2011. Ces œuvres sont représentatives d’un long processus de création qui dura pendant plus d’une vingtaine d’années elle . Ces prières sont le signe d’une interrogation permanente de Jill Galliéni sur sa spiritualité. Celle-ci l’a menée au dessin et l’a fait renoncer à ce dessin même, en raison du plaisir que cela lui procurait. Cependant la prière rythme son existence et la nécessité d’écrire se transforme en partie en neuvaines ponctuelles.

Ce qu’elle transformait en graphisme pour Sainte-Rita, elle le fera également pour Marie. Grâce à Sainte-Rita, Jill Galliéni s’intéresse à nouveau à Marie. Lors d’un rosaire, Marie lui suggère de reprendre les cahiers et la libère du fardeau qui était le sien, à savoir ne plus pouvoir écrire. Depuis cette libération, elle s’approprie le rituel d’un rosaire au travers de l’écriture. Chaque mystère est constitué de cinq textes qui racontent la vie du Christ et est associé à chacune des journées de l’artiste. Les compositions graphiques de ses prières sont la somme de la recopie des textes et de la récitation du chapelet. Le lecteur peut distinguer le chapelet des textes recopiés qui sont constitués d’une écriture dont la couleur et les traits sont homogènes néanmoins il ne peut mais sera en connaître le contenu. L’illisibilité s’est imposée dans cette écriture comme protection contre la violence des mots. Ces mots se transforment par ce procédé graphique.

Les prières à Sainte-Marie ont été présentées par le Centre d’Etude de l’Expression lors de l’exposition Du visible à l’illisible en 2013.

« Ces pages couvertes d’écritures sont de fascinantes transcriptions de l’indicible. Plus rien ne se lit sous notre regard mais ce sont des broderies abstraites qui vibrent», comme le disait justement A.Gentil en 2011.

Les œuvres de Jill Galliéni  furent présentées à :

Paris, 2011, Musée Singer-Polignac, Qui est aveugle ?, du 17 septembre au 20 novembre 2011 (catalogue disponible).

Paris, 2013, Musée Singer-Polignac, Du visible à l’illisible, du 14 septembre au 27 novembre 2013 (catalogue disponible).

Paris, 2016, Musée d’Art et d’Histoire de l’Hôpital Sainte-Anne ex Musée Singer-Polignac, Les Unes et les Autres, du 14 avril au 10 juillet 2016.

'.